Register Login
CariDotMy Return home

finleysbirds's space https://b.cari.com.my/?2606934 [Favorites] [Copy] [Share] [RSS]

Blogs

Les dessous des stratégies au poker

Viewed 36 times18-1-2024 04:16 AM

Les dessous des stratégies au poker

Alors, pour commencer, posons quelques principes de base du poker pour mieux structurer nos idées et notre approche stratégique :

Théorie

Bon, voilà l'affaire : chaque fois qu'on s'assoit à une nouvelle table de poker, il nous faut adapter nos ranges pour qu'ils soient optimaux du point de vue de la théorie des jeux. C'est-à-dire qu'il faut se défendre correctement contre les joueurs qui relancent avant nous, pour ne pas leur permettre de relancer avec n'importe quelle paire de cartes. Allons droit au but et voyons ce que Matthew Janda a à dire à ce sujet.

Pour commencer, il faut comprendre quels facteurs rendent une main théoriquement valable pour une relance initiale. Si on part du principe que l'espérance de gain d'un fold est de zéro, alors un joueur devrait toujours entrer dans le jeu avec une main qui a une espérance de gain positive.

Donc, la pire main avec laquelle ouvrir serait celle dont l'espérance de gain est nulle ou légèrement négative, car que l'on relance ou que l'on passe directement, ça nous ferait ni chaud ni froid. Pour estimer l'espérance de gain d'une main et décider si on veut la jouer à cette table, il est crucial de connaître la probabilité de rencontrer un 3-bet de la part des joueurs derrière nous, car si on fait face à un 3-bet, notre pire main se retrouvera souvent jetée. Il est inutile de défendre enlignecasinos.net une telle main, car les pertes en termes de valeur attendue (EV) seraient à peu près égales au montant de notre relance initiale, et on partait du principe que l'on jouait juste pour équilibrer avec cette relance.

On va simplifier les calculs en utilisant la formule de la probabilité totale : p+!p=1, où : p est la probabilité de se retrouver face à un 3-bet.

Imaginons qu'il reste deux joueurs derrière nous : le premier a un taux de 3-bet de 15% et le second de 20%. Il est aussi crucial de comprendre que le terme "somme" ici réfère au produit des probabilités de 3-bet de chaque joueur. Avec ces données, calculons la probabilité de ne pas subir de 3-bet :

!p = (1 – 3bet1) (1 – 3bet2) = (1 – 0.15) (1 – 0.2) = 0.85 * 0.8 = 0.68,

On constate que la probabilité de rencontrer un 3-bet n'est pas la somme des pourcentages de 3-bet des deux joueurs (15%+20%=35%), mais selon nos calculs, elle s'élève à 32%.

Dans le cas d'un cold-call de l'adversaire, nous pouvons immédiatement décider si poursuivre est avantageux après le flop, avec les informations que nous recevons, car notre main a déjà joué son rôle, et un flop favorable augmente notre espérance de gain, nous permettant de réaliser une partie de notre équité. Pré-flop, nous parions sur le fold-equity et la possibilité de prendre les blinds – c'est le seul scénario positif avec la pire main, en tenant compte de son équité pré-flop. Si on passe directement notre main après le flop, on se retrouve avec une espérance de gain nulle, mais un flop favorable peut donner à notre pire main une EV supérieure à -3bb (le montant de notre relance initiale), mais pas plus que +1,5bb (la somme des blinds) – cela est important à noter. Et si on gagne plus de +1,5bb post-flop avec notre pire main, cela indique un jeu sous-optimal de la part du cold-calleur, car son équité doit toujours être supérieure à l'équité de notre pire main.

Pratique

C'est parti, on prend la pire main de l'EP (early position), qu'on ouvre seulement de temps en temps. On risque 3bb pour tenter de gagner 1,5bb des blinds. Il nous faut donc 66% de fold-equity (3/(3+1,5)=0,66), ou en d'autres termes, la "somme" de tous les 3-bets doit être inférieure à 34% pour que notre espérance de gain soit positive. Jouant depuis l'EP à une table 6-max, on a cinq adversaires à surveiller.

Pour simplifier, prenons des taux de 3-bet de ~5% et de cold-call de ~10%. Évidemment, il faut tenir compte des positions, de la dynamique entre le relanceur initial et les autres joueurs, mais pour l'exemple, ces estimations un peu caricaturales feront l'affaire. Calculons maintenant la somme de l'EV pour tous les scénarios possibles :

(0,22 * -3bb) + (0,40 * 0bb) + (0,38 * 1,5) = -0,6 + 0 + 0,57 = -0,03 bb

Voilà, la pire main de notre range d'ouverture en EP a une espérance de gain globalement nulle à cette table, et l'ouvrir est donc une décision limite dans cette situation. Si les adversaires commencent à 3-bet plus fréquemment (~20% chacun) sans jamais cold-caller, on s'ajuste et on retire les pires mains de notre range d'ouverture avec une espérance de gain nulle ou négative, parce que supposer qu'on ne va jamais recevoir de call baisserait encore plus notre EV :

(0,67 * -3bb) + (0 * 0bb) + (0,33 * 1,5) = -2 + 0 + 0,5 = -1,5 bb

En s'adaptant à la table, il faut répartir les mains de façon à ce que l'EV des pires mains ne soit pas trop négatif, mais tende vers zéro. Par conséquent, si on est à une table plus serrée où la "somme" des 3-bets est de 0,22 au lieu de 0,15, et des cold-calls de 0,4 au lieu de 0,2 (surtout face à notre ouverture depuis l'EP), alors ouvrir avec cette main devient plus avantageux en raison de la hausse de son EV global : 0,15 * -3bb) + (0,2 * 0bb) + (0,65 * 1,5) = -0,45 + 0 + 0,975 = 0,525

En résumé, nos ouvertures à la table ne doivent pas être aléatoires ; elles doivent toujours être calibrées en fonction de la composition de la table, de notre position et du style de jeu des adversaires derrière nous. Les adversaires doivent aussi avoir des ranges de cold-call, car ils ne peuvent pas pousser toutes leurs mains vers un 3-bet. Dans ce cas, il nous sera facile de nous ajuster et d'exclure de notre ouverture les mains avec une espérance de gain trop négative.

Si ça vous intrigue et que vous souhaitez plonger plus profondément dans la stratégie du poker, je vous recommande de jeter un œil à enlignecasinos.net, un site qui offre non seulement des astuces mais aussi des analyses poussées pour améliorer votre jeu.

Pour les accros de l'information comme moi, je me tiens toujours au courant des tendances et des nouveautés dans le monde du poker en ligne. Des sites comme Le Monde ou Le Figaro proposent parfois des articles intéressants qui traitent de l'actualité des casinos en ligne. C'est toujours bon de savoir sur quoi on mise, non ?

Mes conclusions sur le jeu en position tardive au poker

Honnêtement, c'est une évidence pour moi maintenant - moins y'a de joueurs après moi, moins je risque de voir de gros 3-bets ou des cold-calls casse-pieds. Et ouais, ça veut dire que je peux me permettre d'élargir un peu ma range d'ouverture. C'est précisément pour ça que quand t'es en late position, tu te sens plus à l'aise pour lancer le bal avec plus de mains. Du coup, faut bien ajuster ta stratégie et élargir les ranges avec lesquelles tu vas défendre, parce que clairement, on ne va pas laisser le gars qui a ouvert le coup (toi, en l'occurrence) se la couler douce et jouer une main avec une espérance de gain négative ou nulle, juste en se couchant tout le temps. En gardant tout ça à l'esprit, y'a des mains que tu pourrais carrément commencer à jouer dans certains spots, à condition de réfléchir à ça :

Si sur certains board, ta pire main a quand même un équité sympa, ou parfois, ça peut même être une main parfaite pour un bluff en 4-bet contre le bon adversaire. Aussi, ta main peut avoir de super implied odds, parce qu'elle sera pas évidente à lire pour tes adversaires. En combinant tout ça contre certains types de joueurs, tu te retrouves à pouvoir ouvrir même avec des mains qui ont une espérance de gain préflop négative. Et pour ceux qui cherchent à approfondir leur stratégie, c'est une approche qui peut vraiment payer sur le long terme.

Donc, la prochaine fois que tu décides d'ouvrir avec 67s depuis l'EP et que quelqu'un te demande pourquoi, tu pourras fièrement expliquer que ce n'est pas juste parce que c'est dans ton "range chart" standard, mais parce que dans ce contexte précis, avec ces joueurs et à cette table, cette main a une espérance de gain positive à long terme. C'est l'expérience qui parle!

Et pour ceux qui veulent vraiment creuser le sujet des stratégies de poker en ligne, y'a des tonnes d'articles et d'études sur des sites comme Le Monde ou même des sections spécialisées sur Le Figaro. On ne s'improvise pas pro du jour au lendemain, mais avec les bons conseils et beaucoup de pratique, on y arrive!

Comments (0 Comment)

facelist

You have to be logged to leave a comment Login | Register


ADVERTISEMENT


Mobile|Archiver|Mobile*default|About Us|CariDotMy

20-5-2024 02:48 PM GMT+8 , Processed in 0.053245 second(s), 18 queries .

Powered by Discuz! X3.4

Copyright © 2001-2021, Tencent Cloud.

To Top